A notre demande, une rencontre c'est déroulée entre les organisations de salariés, d'employeurs et les décideurs politiques (tri-partite) sur le dialogue social en territoire de Rovaltain. Nous avons soutenu:

''Si des trois piliers du développement durable, nous sommes capables de définir des contenus pour le pilier économique, des contraintes pour le pilier environnemental, nous voulons construire du neuf, du moderne et surtout pour le pilier social, de l’équilibre avec les deux autres.

De notre point de vue le social est un atout de développement pour les entreprises, hélas souvent minimisé dans notre pays. Une chance se présente pour les entreprises, les salariés de ce territoire, nous vous proposons de la saisir.

C’est avec intérêt que nous avons suivi la labellisation HQE du bâtiment INEED, et nous pensons que nous pouvons créer un label HQS (Haute Qualité Sociale) sur le périmètre de Rovaltain. La question étant de travailler ensemble sur les contenus, de mettre toute la créativité de nos organisations respectives en œuvre pour construire de la modernité qui fasse entrer ce territoire dans le XXIème siècle.

D’ores et déjà des revendications s’expriment autour des questions de gardes d’enfants, de restauration collectives, des transports qui demandent des réponses concrètes. D’autres, plus en relation avec le développement et l’installation de nouvelles entreprises se font jour, comme la création d’un CHSCT de site, des délégués du personnel de site ou un comité inter-entreprises de site. Ces questions étant prévues par le droit du travail, elles devront se mettre en place assez rapidement, et la négociation de ces points peut et doit s’ouvrir sans tarder. Cela nécessite la mise en place d’un lieu de dialogue social au travers d’une commission paritaire locale, tel que prévu par le code du travail.

La projection de territoire HQS suppose de la créativité, de la confrontation, de la modernité et probablement d’une volonté partagée des différents acteurs que nous sommes, de vouloir faire de cet espace, un laboratoire capable de mettre en oeuvre des expériences inédites, et dépassant largement l’existant.

La CGT pour sa part exprime ici son ouverture au dialogue et sa ferme volonté d’ouvrir des chantiers inexplorés à ce jour, de faire entrer ce territoire dans un développement durable tant du point de vue économique, que du point de vue environnemental, que du point de vue social. Pour un tel projet, la CGT est disponible.''