Depuis quelques mois, la Direction du groupe Courbis à Romans Bourg-de-Péage tente de faire disparaître la CGT. En effet, tout est organisé par la Direction de cette entreprise pour imposer son diktat patronal.%%Notre camarade Humberto Cerqueira, délégué syndical CGT, qui tente de faire respecter le Code du Travail et la Convention Collective de la Métallurgie se voit infliger une mesure de licenciement sous le motif, entre autres, que son action syndicale nuit au bon fonctionnement de l’entreprise.

Faire respecter les droits des salariés, les informer, est considéré par cette Direction comme insupportable. Le harcèlement envers notre délégué syndical est à son comble
A chaque fois qu’il prend position sur des mesures patronales envisagées ou quand il informe les salariés en diffusant un tract, il se voit pris à parti. Pourquoi cette pression? Pourquoi la Direction attaque-t-elle la CGT de l’entreprise ?
Dans les mesures annoncées par le Patronat et le Gouvernement sur les heures supplémentaires, le texte aurait comme contrainte des heures imposées, défiscalisées, certes, mais payées dans le cadre de l’annualisation des salaires pratiquée dans la métallurgie.
La Direction de cette entreprise aurait-elle l’intention d’appliquer les mesures gouvernementales à la lettre ?
Le contrat unique qui doit être mis en place par le Patronat et le Gouvernement aura pour effet l’abandon du CDI (Contrat à Durée Indéterminée).
La Direction de cette entreprise aurait-elle l’intention d’appliquer aussi cette mesure gouvernementale ?
Dans ces deux exemples, le fait que le délégué syndical CGT et les élus CGT soient en mesure d’apporter des explications et d’informer les salariés sont des éléments qui amène la Direction de Courbis à s’acharner sur la CGT.

Prendre tous les moyens pour casser la CGT Courbis ne réglera pas la situation quotidienne des salariés.
* Les salaires de chez Courbis sont-ils mirobolants ?
* Les conditions de travail chez Courbis sont-elles bonnes ?
* Reconnaît-on la notion de pénibilité chez Courbis ?
* Le droit d’expression des salariés est-il respecté chez Courbis ?

Le fait de vouloir faire respecter le peu de droit en faveur des salariés est considéré comme un délit dans cette entreprise. On criminalise l’action syndicale, Humberto serait considéré comme un dangereux agitateur.
En clair, l’employeur veut passer la CGT au kärcher.
Au Congrès de la CGT Métallurgie le 19 mai 2007 à Saint-Rambert d’Albon, les syndicats CGT présents ont pris la décision d’apporter leur soutien total à notre camarade Humberto.
Ne laissons pas faire. Au moment où le gouvernement parle de dialogue social, il se passe le contraire dans cette entreprise.

Une pétition est en cours. Signez-la massivement. Elle sera remise le 2 juillet 2007 à 10h à l’UIMM plateau de Lautagne, à Valence.
La CGT Métallurgie appelle l’ensemble des syndicats CGT à être présent ce jour-là.